() pub 2. ]

facebook
meteo
Meteo Ouagadougou

Accueil > Actualités > Journées culturelles burkinabè au Mali

Journées culturelles burkinabè au Mali

Du « burkindi » au pays de Salif Keita

La culture burkinabè se déporte dans la capitale du Mali, Bamako pour 72h du 20 au 22 mai. C’est à la faveur des journées culturelles burkinabè au Mali. Une forte délégation d’artistes toutes disciplines confondues s’est déplacée depuis le Faso avec à sa tête le Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry.
C’est précisément dans le but de fonder une nation dont les valeurs et les réalités endogènes seront basées sur sa politique nationale de la culture que le Burkina entreprend depuis quelques années des actions concrètes dans ce sens tant sur le plan national qu’international. Depuis la prise de fonction du Ministre Tahirou Barry, de nombreuses actions dans ce sens sont menées tous les mois. Hier c’était à la faveur du Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan (MASSA), aujourd’hui c’est au Mali avec les journées culturelles burkinabè au Mali, demain, ce sera certainement du côté de l’Hexagone avec la communauté burkinabè de France (Paris, Marseille…) où nos ressortissants ne ménagent aucun de leurs efforts depuis quelques années pour promouvoir nos valeurs culturelles. Des exemples sont légions et je préfère ne pas vous en citer au risque de faire des jaloux. Car en inbox beaucoup m’écriront car je leur aurait oublié.

Déjà sur le plan national, depuis quatre mois, les « Trésors du Faso » battent leurs pleins dans les différentes régions. Tout ceci c’est dans le but de promouvoir le patrimoine culturel et la créativité artistique afin d’accroitre la richesse nationale et de contribuer au rayonnement du Burkina Faso tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. On a souvent tiré à boulet rouge, le pays de Thomas Sankara, d’être silencieux en matière de promotion culturelle dans les autres contrées. Cela semble être l’un des axes stratégiques de Tahirou Barry dans ce département ministériel. En optant donc de faire du patrimoine culturel et de la créativité artistique des facteurs d’accroissement de la richesse, le Ministre s’inscrit résolument dans une optique d’accélération de la croissance pour une meilleure visibilité de nos industries culturelles et touristiques. Et ça j’adhère, n’en déplaise à certains.

Cette option que je partage, peut être puisé sur les résultats obtenus sur le plan international et de l’expérience de certains pays que je connais comme la Tunisie, le Kenya, le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou encore le Cameroun qui ont montré qu’il existe une interrelation étroite entre culture et développement.
En transportant donc un pan de la culture burkinabè au Mali, c’est d’abord pour renforcer les liens d’amitié culturelle et politique qui lient les deux pays. Nonobstant que le Mali regorge également une forte communauté burkinabè sur son sol. Ils atteignent le million selon Jean-Paul Ouattara, président de l’amical des ressortissants burkinabè au Mali. Il était donc indéniable que de telles journées soient mise en place. Elles permettront non seulement de fraterniser davantage les Burkinabè de la diaspora et ceux résidant au pays. Ensuite, elle mettra en exergue notamment en terre voisine, une bonne partie de la culture burkinabè.

Le Ministre Tahirou Barry a rencontré le 19 mai dernier, les leaders d’associations et les membres consulaires pour s’enquérir des nouvelles de nos ressortissants et de faire le point sur les journées culturelles. Pour cette édition, c’est le palais de la culture Amadou Ampathé Bâ qui sera le théâtre de ces journées qui auront lieu les 20, 21 et 22 mai 2016. C’est une forte délégation du département ministériel qui a effectué le déplacement de Bamako avec à sa tête le Ministre Barry. La pléthore des activités qui auront lieu pendant ces trois jours dénote l’intérêt que revêt cet évènement. Ainsi donc ; un gigantesque Dassandaga est organisé au palais de la culture avec comme principales attractions : des expositions ventes des produits burkinabè. De l’artisanat dans toute sa diversité. Des mets traditionnels burkinabè. De l’animation musicale. Un espace enfants et bien évidents un concert de musique traditionnelle et moderne avec le 21 mai avec comme tête d’affiche, le Kundé d’Or et le Kundé du public 2016 à savoir respectivement Dicko Fils et Floby en............live s’il vous plaît ! Normalement, je ne devrais pas vous le préciser.
C’est donc dans une ville toute humide et fraiche (car une forte pluie s’est abattue ici toute la nuit), que nous allons ouvrir le bal du côté du palais de la culture Amadou Ampahé Bâ.

Jabbar


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos Partenaires